Histoires amusantes

Здесь Вы можете прочесть несколько забавных анекдотов на французском языке. Возможно Вы найдете немало общего с юмором других стран, а некоторые истории Вас позабавят своей новизной и оригинальностью…

Une dame téléphone à l’opéra.
— Une loge pour ce soir? Parfait. C’est pour «Madame Butterfly » ?
— Non, c’est pour monsieur Gérard et moi.

- Quand tu lis ton journal quel est article qui te donne le plus à réfléchir?
— Celui que ma femme a découpé avant que j’aie pu le lire…

Un homme très orgueilleux dit à un ami :
— Je reviens de Rome, mon cher, et le Pape m’a reçu pendant plus de deux heures.
— Je sais bien, répond l’ami. Il me l’a dit…

Le duel
Un des adversaires et les témoins sont sur le pré. Le duelliste regarde sa montre et dit :
— Si dans cinq minutes il n’arrive pas je commencerai sans lui…

Le baron et son valet
— Alors, Albert, dit le baron à son valet de chambre, vous sifflez en travaillant maintenant ?
— Monsieur le baron se trompe, répond le digne Albert, je siffle, mais je ne travaille pas…

Deux amis parlent…
— Moi, dit un monsieur, ma femme ne me demande jamais un centime.
— Un centime, ça ma femme ne me le demande jamais non plus.

Une jeune femme dit à son mari :
— Ah! je vois bien que tu ne m’aimes plus… Quand je pleure, tu ne me demandes jamais plus pourquoi…
— Parce que cette question m’a déjà coûté tellement cher…

On demande à un parachutiste :
— A votre avis, combien de sauts doit-on avoir réussi pour faire un bon parachutiste ?
Il réfléchit un moment et répond simplement :
— Tous.

Un automobiliste et un piéton
— Dites donc, s’écrie ce piéton. Vous ne pourriez pas faire attention ? Vous m’avez déjà heurté hier ?
L’automobiliste le regarde et répond :
— Oh, excusez-moi, je ne vous avais pas reconnu !

Un homme est assis sur les bords de la Seine et pêche à la ligne. Passe un ami qui lui dit que la pêche est fermée.
— Ah ! Bon ! fait l’homme, c’est pour ça que je ne prends rien.

Un monsieur demande à être reçu par un gros banquier.
— Monsieur ne reçoit pas, répond le valet de chambre. Alors le monsieur dit :
— Ce qui m’intéresse c’est de savoir s’il donne…

Au Zoo
Guy, en visite au zoo avec sa mère, a réussi à passer sa main à travers une cage et à tirer la queue du lion. Soudain, sa maman s’affole :
— Guy, mon chéri, fais attention : voilà un gardien !

Comédie ou tragédie ?
On demandait à un auteur :
— Votre dernière pièce, c’est bien une comédie ?
— Oui, répondait-il. Si elle a du succès. Si non ce sera une tragédie.

Les écoliers
Voici deux réponses des écoliers.
— Napoléon pouvait dicter plusieurs lettres à la fois : c’était un dictateur.
— Napoléon détestait les Anglais à qui reprochait de l’avoir fait mourir à Sainte-Hélène.

Mr Jones a promis un shilling à son fils Dick chaque fois que celui-ci lui rapporterait une bonne note de l’école. Pendant 15 jours, Dick rapporte chaque soir une ou deux bonnes notes. Alors Mr Jones demande d’un ton soupçonneux :
— Dick, est-ce que tu ne partagerais pas avec ton instituteur, par hasard ?

Mr Jones revient de la pêche.
— Une journée formidable, dit-il à sa femme. Mais…
— Très bien, répond Mrs Jones, racontez-moi tout de suite comment votre fil s’est rompu quand vous avez accroché une truite de quatre livres.

— Madame, madame, vous venez d’oublier ce petit paquet sur le banc où vous étiez assise.
— Je sais, monsieur, c’est le casse-croûte de mon mari.
— Il ne mange pas aujourd’hui ?
— Si, monsieur, mais il travaille au service des objets trouvés.

Jules visite une petite maison qu’il veut louer pour ses vacances.
— Mais, dit-il, vous avez écrit sur l’annonce :
«Avec vue sur la mer», or, on ne voit pas la mer. Alors, le propriétaire montrant un appareil devant la fenêtre :
— Vous n’avez qu’à mettre une pièce d’un franc là-dedans et vous la verrez.

Dans une école de télécommunication, un professeur explique aux élèves.
— La radio, c’est très simple. Partons du téléphone. Imaginez un chien très long, très, très long. On lui marche sur la queue à Paris et il aboie à Marseille. Eh bien, la radio c’est la même chose quand on a supprimé le chien.

L’histoire se passe au prison. Un prisonnier dit à un autre :
— Pourquoi es-tu là, toi ?
— J’ai cambriolé la Banque Lebong ! Et toi ?
— Moi ! Je suis le banquier Lebong !…

Le jeune Claude rentre de l’école et annonce :
— Ah, non, je retourne pas à l’école ! Ce n’est pas la peine que j’y retourne. Chaque fois que le maître ne sait pas quelque chose, il me le demande !

Marie pleure…
— Tu pleures, Marie ? Pourquoi ?
— Mon frère et ma sœur auront des vacances d’été, et moi, je n’en aurai pas.
— Tu n’auras pas de vacances? Pourquoi?
— Parce que je ne vais pas encore à l’école.


Понравилась статья? Подпишись на rss, чтобы всегда быть в курсе событий.

Оставить комментарий