La Tour Eiffel

История Эйфелевой башни довольно интересна, особенно если учесть, что кое-кто из знаменитостей был очень и очень против ее возведения… Прочтите историю Эйфелевой башни на французском языке и Вы узнаете подробности создания самого популярного символа Парижа!

La Tour Eiffel

La Tour Eiffel

LA TOUR EIFFEL

Vedette de Paris depuis plus de cent ans. (Hauteur: 321 m. — Poids: 7000 tonnes seulement.)

C’est une grande dame, dit-on. Elle a la tête dans les nuages, les pieds sur terre et une santé de fer. Son âge? plus de 100 ans. Son nom? Tour Eiffel. Vedette depuis sa naissance (et même avant) elle a suscité bien des commentaires sérieux ou badins quand elle n’a pas soulevé des polémiques passionnées…

Ainsi, nous sommes en 1887. Premiers coups de pioche des terrassiers le sol du Champ-de-Mars: la construction de la tour est commencée.

Aussitôt, levée de boucliers contre cette intruse. Une protestation est adressée au ministère par des personnalités des Lettres et des Arts:

«Nous venons, écrivains, peintres, sculpteurs, architectes, amateurs passionnés de la beauté jusqu’ici intacte de Paris, protester de toutes nos forces, de toute notre indignation au nom du goût français méconnu contre l’érection, en plein coeur de notre capitale, de l’inutile et monstrueuse Tour Eiffel, que la malignité publique, souvent empreinte de bon sens et d’esprit de justice, a déjà baptisée du nom de «Tour de Babel». Sans tomber dans l’exaltation du chauvinisme, nous avons le droit de proclamer bien haut que Paris est la ville sans rivale dans le monde. Au-dessus de ses rues, de ses boulevards élargis, le long de ses quais admirables, du milieu de ses magnifiques promenades, surgissent les plus nobles monuments que le génie humain ait enfantés.

Lorsque les étrangers viendront visiter notre Exposition, ils s’écrieront, alarmés: «Quoi? C’est cette horreur que les Français ont trouvée pour nous donner une idée de leur goût si fort vanté?»

C’est signé: Charles Gounod, Alexandre Dumas, Charles Garnier, François Coppée, Victorien Sardou, Leconte de Lisle, Guy de Maupassant, Sully-Prudhomme, J.-K. Huysmans…

(Et puis, on s’habitua si bien à cette étrange construction que Leconte de Lisle, le premier, vint faire son «meu culpa»).

«Le poète a le devoir de saluer, dit-il, une audace magnifique, dont la majesté suffit amplement à le satisfaire. Ce colosse rigide et froid peut lui apparaître comme un témoin de fer dressé par l’homme vers l’azur, pour attester son immuable résolution d’y atteindre et de s’y établir.»

© www.mafrance.ru

При копировании информации ссылка обязательна!


Понравилась статья? Подпишись на rss, чтобы всегда быть в курсе событий.

Оставить комментарий